La bonne nouvelle, m’affirmait un Homme-Médecine Algonquin, est que les prophéties Amérindiennes sont enfin réalisées.

« Un jour les enfants de nos bourreaux, les Blancs, viendront reprendre leur place dans le grand conseil de Sagesse international. Le siège est vide, mais ils auront pleinement leur place car sans eux, la nouvelle ère rédemptrice ne pourra pas émerger ».

Aujourd’hui, ce siège vide est à nouveau occupé par le peuple des Blancs qui est en train de retrouver sa mémoire et sa culture originelle. C’est avec un immense honneur que je fus proposé à Mexico pour entrer dans le « Conseil International des Sagesses Ancestrales », en tant que représentant du Celtisme. Cette intronisation symbolique, illustre que les Occidentaux peuvent enfin participer à la reconstruction de ce qu’ils ont détruit dans le passé. Ils occupent à nouveau le siège qu’ils avaient abandonné il y a bien longtemps.

 

Le Feu crépitait et il me fallait, malgré mon embarras, tenter d’expliquer à nos amis l’histoire douloureuse du peuple Blanc. Mes camarades allaient découvrir que celui-ci fut le premier peuple à subir la barbarie idéologique judéo-chrétienne et l’asservissement politique et économique du pouvoir temporel allié avec les lobbies religieux. « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette… », dit le proverbe populaire.

Les Celtes sont les racines mythiques d’une partie importante de l’Europe : la France, la Suisse, la Belgique, l’Autriche, la Roumanie, le Sud de l’Allemagne, la Bohème, la Moravie, la Slovaquie, la Slovénie, la Hongrie, le Nord de l’Italie, l’Ouest de l’Espagne (La Galice), l’Irlande, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Angleterre, avant l’invasion des Anglo-Saxons. On trouve également leur influence tout au long du Danube, à l’Ouest de l’Europe.

 Le nom « Celte » selon Hérodote vient de Keltoï, qui signifie en Grec « Héros », mais qui a aussi le sens « d’étrangers » ou de « gens mystérieux ».

Leur domaine primitif pourrait être, en Europe centrale, dans l’actuelle Bavière.

L’apogée de la culture Celte semble se situer entre -1000 av. J.-C. et l’an 0. Le Celtisme est devenu un mythe et demeure dans la Conscience collective, le fondement de la culture Européenne de l’Ouest.

Leurs vertus guerrières « …ignorant la peur » deviennent légendes et leur caractère « …franc, direct et rude » est admiré par leurs contemporains, même s’ils sont considérés par certains comme des Barbares. Malgré ces détracteurs, un historien Grec, Hécatée de Milet (500 av. J.-C.) les désigne comme des Héros. Les Grecs considèrent nos Ancêtres comme « …un peuple mystérieux véhiculant des valeurs étranges et différentes ». Nous développerons tout au long de ce Cahier précieux les codes Spirituels traditionnels de nos Ancêtres.

Le Monde Grec classique ne pouvait pas comprendre ces étrangers, mais était fasciné par cette culture primitive. Hellanicos de Mytilène décrit au cinquième siècle av. J.- C. « …leur sens de l’honneur, de la justice et de l’honnêteté ».

Deux types de sociétés contradictoires sont déjà en confrontation. Celle des Grecs, fondateurs de la pensée moderne occidentale contemporaine, où la vision de l’Homme et du Monde est articulée autour de la raison et de la philosophie. La pensée est triomphante et le savoir règne en maître. En opposition, la pensée Celte, peuple premier, est gardienne des valeurs Chamaniques, à l’opposé de la réalité Grecque qui consacre tout son talent à quantifier le temps et l’espace graduant chaque représentation de la Création en des hiérarchies bien définies. Nous exposerons la pensée Spirituelle Celtique tout au long de ce Cahier qui, bien entendu, est en contradiction catégorique avec les codes de la pensée classique Grecque.