dressant des réseaux pierreux, de rétablir et de maintenir l’harmonie sur les terres qu’ils occupaient. Nous aurons tout au long de ce Cahier loisir d’énoncer certains secrets de l’Univers parvenus jusqu’à nous.

Les constructions mégalithes sont considérées par certains chercheurs mystiques, comme l’héritage de la culture hyperboréenne, peuple mythique témoin d’un autre temps, celui d’avant les grands chambardements climatiques. D’autres affirment que les Celtes, quant à eux, sont affiliés aux Atlantes, le peuple du continent englouti, l’Atlantide.

Ces deux cultures ont fait l’amour dans le lit de notre vieille Europe et ont accouché de la culture du peuple blanc. C’est notre histoire Spirituelle que nous leurs devons et elles nous imposent de les honorer et de renouer avec leur connaissance traditionnelle originelle qui, heureusement, nous a été partiellement transmise jusqu’à ce jour.

Nous l’avons vu, les Grecs et les Romains de culture Méditerranéenne, nous ont éloignés de la pensée traditionnelle « mégalitho-Celtique ». Les premiers prenant la cité comme centre de l’organisation et le pouvoir de la pensée comme colonne vertébrale de leur culture. Les autres étant liés à la Nature, mettant en valeur les forces de l’instinct et entretenant une relation Spirituelle avec tout l’Univers. L’une est Patriarcale, l’autre Matriarcale. Ces deux cultures étaient en opposition et l’enjeu allait être d’importance pour l’avenir des humains que porte notre Mère-Planète. Malheureusement, nous connaissons la fin de l’histoire, la matière et le pouvoir de la raison ont remporté la première manche. Ils se sont répandus, telle une maladie de peau, sur toute la Terre.

C’est durant cette période Romaine où l’empire voulait dominer le Monde, que l’avenir des Traditions Ancestrales allait se jouer. Le choc entre ces deux visions eut lieu en Europe et la défaite de la pensée traditionnelle allait atteindre dans les siècles qui suivirent, tous les autres peuples premiers de la Planète.

Je suis obligé d’énoncer succinctement les attaques sanglantes qui ont été perpétrées au nom de « la vérité » Gréco-romaine. Les Celtes ont subi des destructions violentes, entre autres, celles de 51 ap. J.-C. où une communauté de druides fut massacrée par les troupes impériales. Parmi tant d’autres, une tuerie fut commise dans la forêt d’Écouves sur la commune de Montmerrei dans l’Orne : Jules-César encerclant un camp de formation druidique, après un an de siège, le détruisit en trucidant tous les habitants et guerriers qui y habitaient. La violence fut telle que le sang teintait l’eau des ruisseaux. Mais la Spiritualité Celte résistera malgré tout.

Le coup fatal devait être porté en 325 après Jésus-Christ. C’est au Concile de Nicée, que l’empereur Constantin 1er passera un accord avec les Chrétiens qui étaient devenus si influents à Rome qu’il préféra s’en faire des alliés. Cette négociation politique allait complètement changer la face de l’Occident, puis du Monde.

L’empereur avait besoin d’une religion d’État pour gouverner les âmes, lui qui avait la toute-puissance sur les corps et les esprits. Il imposa sa volonté de fer sur les autorités chrétiennes qui étaient finalement ravies de devenir propriétaires exclusives de la Spiritualité officielle. Chacun allait y trouver son compte.

Des fidèles Chrétiens de la première heure n’acceptèrent pas cet accord et claquèrent la porte de ces négociations félonnes. Avec eux, de nombreux philosophes Païens allaient combattre cette alliance, …en vain Ils dénonceront l’hérésie d’un fils de Dieu unique et d’une religion d’État calquée sur le mythe de Mythra (d’origine Indo-Persane, c’est un dieu bienveillant et sauveur. Le culte établi fut récupéré et transposé par Constantin 1er pour faciliter l’acceptation de la nouvelle