religion unique qu’il mit en place pour fédérer et asseoir son pouvoir sur ses administrés). Pour eux c’était une régression éthique et spirituelle, mais rien n’y fit. Ils furent emprisonnés et certains tués. La raison d’État imposait le pouvoir absolu sur les Dieux et les Déesses.

Constantin 1er eut gain de cause par un coup de force spirituel jamais égalé à ce jour. Les évêques convoqués (qui n’étaient pas ceux que nous connaissons aujourd’hui, mais des représentants de petites communautés. La plupart d’entre eux étaient en charge de famille et avaient des responsabilités professionnelles. D’autres, des sortes d’Ermites, s’étaient retirés du Monde et avaient pour l’occasion retrouvé l’agitation des humains) se révoltèrent devant les renoncements doctrinaires qui leurs étaient insupportables. Un exemple parmi tant d’autres, la réincarnation. Elle fut gommée du dogme après de longs débats houleux.

Des historiens dont Jean Blum affirment que les trois-quart de l’assemblée quittèrent le conseil. Il resta environ trois cents évêques qui allaient continuer à échanger et construire la future église catholique sur le dogme que nous connaissons aujourd’hui. L’empereur avait réussi l’O.P.A. (absorption boursière d’une société par une autre société) sur les âmes. Ce qu’il ne pouvait pas imaginer, c’est que l’hégémonie de l’Empire Romain allait s’effondrer alors que l’église, elle, allait croître et asseoir son pouvoir sur la Planète. Finalement, le grand vainqueur de cet évènement allait être le Vatican.

La Sagesse Ancestrale, quant à elle, fut mise à genoux au cours des siècles par cette structure dominante. Sur l’idée simple que seuls les membres de cette compagnie religieuse pouvaient accéder au paradis, ils partirent à la conquête du Monde. L’Europe pour commencer comme terrain d’expériences, puis l’Amérique du Sud et du Nord, l’Australie, l’Afrique et plus difficilement l’Asie qui résistera longtemps.

Aujourd’hui la religion musulmane qui a pris le relais, ne se contente plus de grignoter des « parts de marché » du Vatican, elle annexe littéralement la terre Africaine et s’implante doucement - mais sûrement - sur les autres continents. Les infidèles étant toujours les « autres … », les Musulmans marchent à leur tour sur le cadavre des idéologies vaincues. C’est ainsi qu’en humanité, une religion en chasse une autre !

Mais de concert, les Spiritualités premières renaissent avec fierté de partout dans le Monde. Le Chamanisme, sauvage et libre, se réveille et retrouve sa juvénile santé primordiale. C’est une sorte d’antidote contre les courants religieux, hégémoniques et totalitaires, contre les sectes idéologiques et contre les gourous avides de pouvoirs.

La Spiritualité naturelle Celtique était encore très vive à l’époque de Constantin. Même si les Druides étaient devenus au fil des siècles des hommes de pouvoir imbus d’eux-mêmes, les valeurs qui nourrissaient leurs convictions étaient encore fortes. Le Druide est le prêtre de sa religion, ce qui est différent du Chaman Celte qui pouvait, lui aussi, être aussi un Druide, mais qui, réfugié dans le bois, avait renoncé à toute fonction sacerdotale et à toute forme de hiérarchie. Il sera surtout un être solitaire et ordinaire ayant renoué avec les pratiques originelles, sans doute désenchanté par les obligations religieuses et les hiérarchies y afférentes. Il abdique de tous les pouvoirs.

Ce Chaman Celte sera vers 600 ap. J.-C. illustré par le plus célèbre d’entre eux, que l’on appelle Merlin. Il a historiquement existé et après avoir été un puissant Druide conseillant les rois Celtes, il se retirera dans la forêt après avoir perdu son fils bien-aimé lors d’une bataille. La légende dit qu’il se réfugia dans les bois pendant cinq longues années lorsqu’une voix au fond de sa grotte, lui intima l’ordre de revenir chez les Hommes pour