EXTRAIT DU "GUIDE DES GUÉRISSEURS ET GRANDES MÉDECINES DOUCES"

 

(Patrick Dacquay fait partie des 15 guérisseurs,

sélectionnés par Michel Bontemps-éditions Ambre).

 

Patrick Dacquay éblouit dès la première rencontre ;

ses énergies sont presque visibles, palpables.

Sa douceur vous enveloppe, sa lumière irradie.

Après s'être égaré dans un monde matérialiste,

Patrick a pu retrouver son identité grâce à la sagesse des anciens

et s'initier à la spiritualité auprès de différents peuples à travers le monde.

Son ouvrage, sur la renaissance du chamanisme,

nous entraîne vers une voie spirituelle,

oubliée de l'homme depuis de nombreuses années :

la voie du bonheur, de la joie, avec des possibilités infinies de vie meilleure.

 

 

SON APPRENTISSAGE

Après un brillant parcours dans le monde des affaires,

à travers des péripéties diverses et des épreuves brutales,

comme en vivent nombre d'humains, 

il se connecta à la mémoire de ses ancêtres,

à sa propre mémoire endormie, pour devenir "Soof-Ta" :

"celui qui connaît et qui mange la terre".

 

Depuis, il fait renaître le chamanisme celte

dont les racines ont été occultées depuis la fin du Moyen Âge ;

il assure des formations pour transmettre ces valeurs oubliées

afin que d'autres perpétuent ce savoir ancestral,

étroitement lié à la nature, à la terre qui est notre Mère et notre devenir.

 

Un chamane est le catalyseur des forces

qu'il utilise en conscience pour son mieux-être et celui de sa tribu.

 

Pour être chaman, il suffit de se l'autoriser

et surtout d'être choisi par les esprits.

Il est impératif d'être enseigné et initié

par les Anciens d' une lignée solide et reconnue.

Il est nécéssaire de développer son ressenti 

 (vibrations, ondulation des énergies...),

tout en étant bien dans son corps, planté dans la terre.

De fait, on ne choisit pas d'être chamane,

on est choisi par les esprits et les ancêtres.

Le guérisseur est un homme consacré par les énergies de la vie qui le font être.

À ce moment-là, toute la connaissance est disponible spontanément.

 

Pour Patrick Dacquay, le basculement s'est opéré suite à des épreuves violentes.

Alors un long cheminement commence pour utiliser l'énergie

et approcher, dans le respect, le corps de quelqu'un qui souffre,

pour réveiller en lui sa force de guérison.

L'apprentissage du chamanisme demande une détermination forte.

Comment vaincre ses peurs, retrouver le plein usage de ses sens,

retrouver son intuition,

reprendre possession des énergies que nous ne savons plus accueillir. 

C'est un vaste programme qui passe par des choses très concrètes et pratiques.

 

Lorsqu'on s'en donne les moyens, un miracle s'opère.

Les choses, les êtres, les éléments, la nature réagissent à nos yeux d'une toute autre façon que celle à laquelle nous étions accoutumés.

La matière nous surprend par sa magie.

Des coïncidences étonnantes se multiplient.

Mais attention !

Si nous prétendons l'utiliser à des fins personnelles,

l'abîme dans lequel il est tragique de tomber peut s'ouvrir sous nos pas !

Le chamane peut aussi, si besoin est, envoyer son âme dans le monde-autre pour y rencontrer les esprits et obtenir leur protection et leur aide.

Cela se fait par la transe lors de cérémonies collectives ou individuelles.

Le chamane reçoit l'aide des esprits des différents règnes :

minéral, végétal, animal et humain

ainsi que l'aide des énergies célestes, celles des guides et des maîtres spirituels qu'il contacte ou qui le contactent.

Lors de rituels de guérisons, d'exorcismes, le chamane est protégé et aidé par les anciens chamanes, des guérisseurs qui ont depuis longtemps quitté la terre et qui lui parlent en rêve.

Les forces de l'esprit agissent par lui.

Il est grandement aidé également par les objets de pouvoir.

 

Les chants inspirés montant du plus profond de nos racines,

les formules rituelles qui se transmettent de maître à disciple,

les incantations chargées d'énergie servent aussi le chamane.

La répétition d'un chant circulaire,

même si les paroles sont dans une langue que l'on ne connaît pas,

permet d'atteindre un état modifié de conscience très bénéfique.

Les chants, ont été transmis par des êtres inspirés

ayant atteint un haut degré d'élévation.

Ils sont chargés d'une énergie à la fois protectrice et opérative.

thumbnail.jpg

 

 

 

ENERGIES DE GUÉRISON

 

Les énergies de guérison trouvent leurs sources dans des plans subtils.

Si nous sommes conscients,

la puissance psychique peut inverser les processus

pour que nous recouvrions la santé.

« Dernièrement, j'ai procédé à un exorcisme dans ma ferme,

Dame Blanche de la Lande.

La personne, qui était venue de loin, vivait en permanence en enfer de violence. Nous avions décidé de procéder à la cérémonie de nuit

et nous l'avons préparée du mieux que nous pouvions.

Lorsque le temps vint de passer à table dans la cuisine,

ma compagne et moi discutions aimablement avec cette personne

sur la vie et sur les choses quand je fus, soudainement, pris de tremblements. J'étais habité de plus en plus par une force particulière, une immense colère.

Je me levai, je commençai à me sentir dans une violence extrême.

J'avais envie de prendre le verre et d'aller le fracasser contre le mur.

J'étais animé par une force de destruction.

Je gardais malgré tout toute ma conscience.

A ce moment, la personne qui venait pour l'exorcisme devint blême :

en effet, elle était en train de retrouver, en moi, son père,

décédé sous ses yeux d'une mort violente.

Elle m'expliqua que, dans la cuisine, il était entré dans une colère infernale :

il avait tout fracassé autour de lui et était mort d'une crise cardiaque.

Elle avait assisté à toute la scène.

Sans rien savoir de cela, je reproduisais les mêmes pulsions.

Je me mettais à marcher, comme lui, avec difficulté.

C'était stupéfiant, pour elle,

de voir que je marchais en m'appuyant de chaise en chaise.

Je me mis à baver comme lui.

J'avais absorbé l'entité qui habitait le corps physique de cette femme

et qui la possédait depuis ce temps.

J'ai donc intégré ce mal, j'ai pris cette mémoire de souffrance de ce père.

Je l'ai fait monter, par amour, dans les plans supérieurs.

Il y eut comme une libération.

Depuis, cette personne est dans la joie et le bonheur :

ce fut une guérison absolument spectaculaire.

Un exorcisme ne se déroule pas toujours dans le lieu prévu à cet effet ;

je le pratique habituellement dans mon tumulus, à plusieurs mètres sous terre. Mais il peut avoir lieu n'importe où, comme ce fut le cas dans la cuisine,

pour cette femme qui avait vécu ces moments douloureux

dans cette pièce et en était restée hantée depuis. »

Un soin chamanique consiste en grande partie

à absorber les énergies lourdes d'un patient pour ensuite les sublimer,

les transmuter en énergies légères.

Pour absorber l'énergie lourde qui cause la maladie, vous utilisez vos mains.

Il est possible que ce soit tout le corps qui absorbe.

C'est le cas, inconsciemment, dans le métro, où l'on absorbe les énergies négatives des autres : on en ressort à plat !

 Mais il ne faut pas être juste obsédé par la volonté de guérir les autres,

car il faut, pour soi-même, accepter le processus de guérison.

 « J'ai connu un guérisseur très puissant qui avait une peur viscérale de se remettre en question, de guérir. Il est tombé gravement malade.

Il avait fini par prendre toutes les maladies de ses patients,

il était incapable d'identifier sa maladie,

car il les avait toutes, depuis le temps qu'il travaillait sur eux !»

Il est nécessaire de réfléchir

avant de prendre une personne qui veut se faire soigner.

 Mais faire un soin sur une personne qui ne vous l'a pas demandé,

c'est pratiquer la magie noire. 

Même un petit enfant de trois ans en pleine souffrance

doit, avec ses mots, vous repondre

quand vous lui proposer votre aide.

Il doit savoir accepter voir meme demander. 

Dans le doute, vous pouvez faire un voyage chamanique,

en état modifié de conscience,

et prendre contact avec l'âme de cet enfant.

Vous lui demandez si il est d'accord pour que vous l'aidiez.

Attention à être bien en contact avec l'âme de cet enfant,

et non votre ego spirituel.

 

 

 

Les plantes sacrées,

Elles permettent à l'homme de s'ouvrir à d'autres niveaux de conscience.

Elles ont aussi des vertus de guérison et ne sont pas forcément des drogues.

Toute une pharmacopée à base de plantes

utilisées en infusion, en décoction, en purgation, existe.

Ces potions ont des effets très bénéfiques et sont utilisées 

depuis toujours par tous les peuples vivant en symbiose avec la nature.

Elles continuent de l'être encore par une partie de la population

attachée aux valeurs rurales et traditionnelles.

 Beaucoup de citadins les redécouvrent actuellement.

Mais on se sert aussi d'un bâton de sauge pour purifier un lieu.

Les anciens disaient jadis :

" Qui a de la sauge dans son jardin ne sera jamais malade ".

Lorsque nous la faisons brûler,

elle dégage une fumée odorante

avec laquelle nous purifions le patient en tournant tout autour. 

L'odeur fait fuir quantités d'entités qui partent dès que nous aérons le lieu.

Par ailleurs, la fumée de lavande a un effet sacralisant,

et celle du thuya, un effet énergisant.